Voici le premier volet d'une nouvelle série, un peu plus longue. Puisque j'ai expliqué en quoi consistent la troncature, la rectification, le chanfreinage et l'adoucissement des polyèdres convexes, je vais maintenant pratiquer chacune de ces manipulations sur les cinq solides platoniciens (tétraèdre, cube, octaèdre, dodécaèdre et icosaèdre).

Pour commencer, je m'attaque au plus petit des solides platoniciens : le tétraèdre régulier, qui comporte seulement quatre faces, toutes des triangles équilatéraux. Dans la première image, j'ai représenté le tétraèdre et sa troncature ensemble ; dans la seconde, il ne reste que la troncature :

t_tra_tronqu__1          t_tra_tronqu__2

Le tétraèdre tronqué est un des treize solides archimédiens.